Strip-Tease Forain – Création 2014

Inspiré de et d’après strip-tease forain de Susan Meiselas – Ed. du Chêne.
Traduit de l’américain par Philippe Mikriammos (titre original : Carnival Strippers)

La création reçoit le soutien de Réseau en Scène Languedoc-Roussillon dans le cadre de son dispositif d’aide à la mobilité et de la SPEDIDAM, société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées.

Mise en scène : Mathias Beyler
Écriture, dramaturgie, assistanat : Stefan Delon
Interprètes : Frank Michel, Phil Von, Patrice Barthès, Sébastien Lentheric, Gaëtan Rusquet, Lorenzo Dallaï, Louis Beyler et Christophe Beyler
Musique : Phil Von
Création lumière : Martine André
Scénographie : Christophe Beyler
Costumes : Les interprètes, avec la compétence de Karine Trelon

Télécharger le dossier de la création Strip-Tease Forain
Download the English file

La création Strip-Tease Forain a le soutien de :
La DGCA, la DRAC et le Conseil Régional du Languedoc-Roussillon dans le cadre d’une aide à la production
La DGCA et la SACD dans le cadre du dispositif « Ecrire pour la rue »
L’Atelline dans le cadre de « Agiter Avant Emploi », dispositif d’accompagnement à l’écriture (en partenariat avec le CNES – la Chartreuse)
La Diagonale, réseau Languedoc-Roussillon pour la création dans l’espace public.

La création est coproduite par Le Cratère, Scène Nationale d’Alès.
Représentations les 04 & 05 juillet 2014 au Festival Cratère Surfaces à Alès.

Résidences de création à Mix’Art Myrys, ToulouseL’Atelline, Lieu de Fabrique Arts de la Rue en Languedoc-Roussillon – Domaine des Trois Fontaines, Le Pouget (34).

LOGOS spedidam 2009res_logo_quadri copie

LeCratereDGCASACDLATELLINELaRegionLanguedocRoussillon

/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /

DOCUMENTAIRE SUR LA CREATION Strip-Tease Forain réalisé à Mix’Art Myrys par Cyril Laucournet

Ce n’est pas un titre, c’est un livre-rencontre, comme quand du premier regard, on sait que ça va durer longtemps. Un livre épuisé que l’on se passe de main en main, un ami me l’a donné en photocopie, il le tenait d’un ami…

Des photographies, des textes ou plutôt des paroles : le bonimenteur, la fille qui le fait, l’homme qui la regarde, sa femme, un qui attend, une qui gère…
En fait c’est un univers cru et fantasmatique, un monde qui se déploie, qui parle autant de liberté que de peur, un livre qui sent le maquillage bon marché, la sueur ; c’est un rêve qui ne tient que par un bout de bâche, quelques vieilles ficelles et une volonté acharnée. Finalement le titre pourrait être : « Marilyn est morte, je ne peux plus aimer ».

C’est aussi la nécessité, celle des routes, du « hors ». Rendre à cet univers sa place en marge, comme des retrouvailles en lisière. Parce que ce qui nous limite est aussi ce qui nous définit. Pas de mur, en tout cas pas ceux d’une salle de spectacle. Aussi pouvoir accueillir, accompagner pas à pas le spectateur.

Donc un spectacle en extérieur dans une rue, un parc, une impasse, un coin un peu à l’écart. Là aussi le « hors» peut faire sens, avec ce que l’on cache d’une ville, l’illégal, les baisers, le hors de la vue, les regroupements à plus de trois personnes, les maisons de cartons, l’ivresse, au rendez-vous des « veuillez-circuler ».

Et pour porter ces voix de femmes, des hommes, rien que des hommes. Pour prendre la tangente, s’extraire de la reconstitution, tenter l’essentiel. Mettre à distance la tentation du cliché, parler de l’humain qui se donne. Montrer le sensible là où on ne l’attend plus, où on ne le veut plus. Eviter le goguenard, le gras, le lourd ou le pathétique du pléonasme.

Alors j’ai pensé à un camion avec un podium en U où les spectateurs seraient dans et hors la structure ; deux portes dans la remorque donnant accès aux loges pour dévoiler l’intimité, l’envers de ce monde paillette qui défile, aguiche, et agite du rêve à six sous.

La trame est simple : 1 chanson, 1 danse de strip-tease et 1 texte par personne.
Pour les chansons, Marilyn avec ses textes tristes (River of No Return, When I Fall in Love…).

                                                                                                                Mathias BeylerStrip-Tease Forain - © axelle carruzzo_2013

/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /

LA MELANCOLIE

Ces humains sont mélancoliques. Ils semblent perdre au fil des témoignages l’intérêt pour ce qui les entoure, la capacité d’aimer, l’estime de soi – comme cherchant le châtiment. L’attrait pour ce soi-disant argent facile du commerce du strip-tease, issu de leurs divers manques (matériels, affectifs, sociaux, etc.), les entraine inexorablement vers ce besoin de toujours plus, d’accumulation matérielle qui caractérise notre civilisation, notre pulsion occidentale. Ces effeuilleuses pourraient être le symbole-étendard de notre société.

Il y a, comme à chaque fois qu’il est question de mélancolie, quelque chose de tragique dans la vie de ces femmes, comme une odeur de la fin qui les attend.
Un petit bronze anonyme de l’époque romaine représente le guerrier Ajax, assis, prostré, la tête appuyée sur sa main droite, la gauche sur le pommeau de son épée, en pleine méditation. Il s’agit en fait du moment avant son suicide. L’artiste ne sculpte pas l’instant d’avant (le héros massacreur), ni l’instant d’après (il s’empale sur son épée), mais le moment entre. Cette œuvre s’intitule la mélancolie d’Ajax.
Dans cette représentation, la fin est tragique (la mélancolie souvent est associée aux suicides, ou aux pensées suicidaires) ; mais rien ne peut assurer la fin tragique d’un état mélancolique : on peut s’en remettre et continuer à vivre… transformé, changé… évolué. Face à cette interprétation, Jean Clair, historien de l’art a proposé qu’« une nouvelle vision et utopie devrait inclure la mélancolie comme paradoxe. Ce serait un nouveau projet historique révolutionnaire ».
Nous nous inscrivons avec ivresse dans cette nouvelle vision des choses.

                                                                                                                   Stefan Delon

/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /

Reportage de TV sud lors de la résidence de mars 2014 à L’Atelline, Lieu de Fabrique Arts de la Rue en Languedoc-Roussillon.

Mathias Beyler présente Strip-Tease Forain sur Radio Clapas à partir de 36 minutes:

/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /

Merci à l’ARTDA, Réseau en Scène Languedoc-Roussillon – Hélice Théâtre – Mix’Art Myrys – Compagnie Internationale Alligator – Le Théâtre des 13 Vents-CDN LR Montpellier – La Pratique – Marc Gaillet, photographe – Cyril Laucournet, vidéaste – Fatma Nakib, Brindille Diffusion.